Nyjah Huston se confie à propos de son enfance et de ses ambitions pour les JO

1 Shares
1
0
0
skatedeluxe Skate Shop

Durant un entretien avec GQ Magazine, Nyjah Huston s’est mis à nu en se livrant à propos de son enfance et de ses ambitions aux Jeux Olympiques. Il est ainsi revenu sur sa relation complexe avec son père qu’il semble admirer et détester à la fois. Ce dernier le poussant sans cesse au delà de ses limites dès son plus jeune âge:

« J’ai littéralement commencé à skater des hand rails à l’âge de sept ans, sans casque. Donc j’ai été habitué à skater ce genre de choses très jeune. Bien des fois j’aurais pu être effrayé à l’idée de skater certains spots. Je pense que cela a forgé mon caractère et le skateur sans peur que je suis devenu aujourd’hui. » 

 Par ailleurs, il confie que s’il adore la compétition et nourrit de grandes ambitions pour les JO, il n’en oublie pas moins que le skate vient de la rue. Et rappelle le plaisir de skater du mobilier urbain: “Vous devez toujours comprendre que c’est le street qui amené le skate là où il est actuellement et c’est ce qui sera toujours le plus important. Le côté street du skate, la partie lifestyle, c’est le plaisir d’aller voir des choses qui ne sont pas faites pour être skatées. Il a d’ailleurs profité de la pandémie et des rues désertées de LA pour empiler des footages aux côtés de Ty Evans. Dernière confidence et pas des moindres, le skateur pro de Nike SB, a levé le voile sur ses ambitions aux JO de Tokyo. Pour Nyjah c’est la victoire ou rien. 

Si l’interview est assez classique, il en retranscrit très bien l’enfance pas toujours facile du skateur mais aussi sa très grande détermination et sa confiance. En parallèle de son interview, le skateur le plus clivant du moment s’est essayé à une séance photo pour GQ durant laquelle il a exposé l’ensemble de son corps tatoué à 90% ainsi que sa croupe.

Outre la forme qui peut en “choquer” certains ou en faire sourire d’autres, Nyjah tente des choses que le commun des skateurs n’oserait pas et même si c’est du pain béni pour ses haters, il semble en avoir que faire. Il assume ses actions jusqu’au bout. Skater en poncho dans sa street part, grinder une Lamborghini qui coute la peau des fesses -le jeu de mots est facile-, organiser des COVID party, Nyjah Huston se fout de ce que pense le petit monde du skate. Il secoue à sa manière le skate consensuel d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

You May Also Like